Une réflexion sur “Lou nous a parlé de la prostitution humaniste

  1. Bonjour le Monde,
    Bonjour Lou,

    J’ai écouté avec plaisir et attention l’intervention de Lou.
    J’ai 43 ans, escorte occasionnelle, je suis issue d’une famille d’enseignants classique.
    Je me retrouve dans son témoignage.
    Oui, nous avons choisis un métier particulier, ou l’intime est dévoilé. Quid de l’intimité pour un modèle de peinture, un proctologue, un Kiné ou bien pire: une porn star ??? (Métiers que je ne ferais pour rien au monde).

    J’aime mon métier « annexe », sans doute plus que mon métier « officiel », j’y suis reconnue à ma juste valeur, voire au dessus parfois.

    Les pseudo féministes qui nous regardent comme des victimes sont nos pires ennemis, persuadés qu’ils sont que nous ne sommes que de pauvres filles fragiles et les clients de vieux pervers.
    Je ne peux accepter que ce client régulier, amoureux de sa femme mais ne pouvant plus espérer de tendresse d’elle soit traité de pervers.
    Je ne peux accepter que ce charmant trentenaire obèse par maladie, qui s’offre la seule qui ne le repoussera pas (peut-être pas, car nous choisissons nos clients en fonctions de nos critères personnels), soit traité de pervers.
    Je ne peux accepter que ces hommes, qui font de leur mieux pour que je prenne du plaisir moi aussi, qui m’offrent des chocolats, qui m’envoient par sms « merci pour cette merveilleuse soirée » soient traité de pervers.

    Lou ne ment pas en disant que les rapports ne sont qu’une partie de notre métier et il n’est pas rare de rencontrer des hommes qui souhaitent juste de la tendresse, de l’écoute, des conseils pour arranger les choses dans leur couple.

    Alors quand je quitte un client qui était persuadé de ne plus pouvoir bander et n’osait plus aller vers sa femme même pour des câlins, que ce client a pu bander et même jouir, se rassurer sur ses capacités, ou que je trouve une position qui permettra à un client handicapé d’être actif, chose qu’il n’a jamais pu être avec sa femme, alors moi, j’ai la banane pour la journée !
    Et on me traite de victime ???

    Les abolitionnistes parlent sans connaître… Venez donc me voir, je vous montrerais, en guise s’amuse bouche, les messages que j’échange avec les clients… Et après, on en reparlera…

    De grâce, messieurs et dames abolitionnistes, occuper vous de VOS fesses, les nôtres se portent bien, merci.

    Merci Lou.
    Merci d’avoir affronté, pour nous tous, la pire des facette de notre métier: le regard inquisiteur des biens pensants.
    Merci mille fois.

    Lucile.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s