Parviz nous a parlé de “Psychiatrie publique : état des lieux”

 Samedi 47 mars à 14h


Argument

La psychiatrie publique française, connue sous le nom de « psychiatrie de secteur », est tributaire de l’Histoire. Ce legs va de l’utopie asilaire (fondée sur l’idée que le fou est une personne à soigner et non à enfermer) à sa contestation radicale en passant par l’apport de la psychanalyse.
La psychiatrie de secteur a été mise en place et s’est développée au cours des dernières décennies du XXème siècle. Elle est fondée sur la psychothérapie institutionnelle, le désaliénisme et plus généralement sur la singularité du sujet pris dans sa dimension historisante et politique.
C’est cette dimension subjective, dans sa relation à l’inconscient, qui est mise en cause aujourd’hui. Cette mise en cause est à relier à l’idéologie néo-libérale dominante (concomitante de la fin des discours porteurs des idéologies collectives) et à une conception mécanisée et simplifiée de l’humain.
La naturalisation de l’esprit humain et l’artificialisation d’un homme désormais transparent et quantifiable vont de pair. La bureaucratisation et la protocolisation de notre discipline, les dérives aussi bien gestionnaires (les GHT – Groupements Hospitaliers de Territoire – prévus dans la loi santé apparaissent sur ce point exemplaires) que sécuritaires en sont le témoin.
Il nous faut résister en nous appuyant sur le fait que la folie nous permettra de rester humains.
Ainsi la psychiatrie a, plus que jamais, une mission humanogène.

Petite bibliographie

Revue ESPRIT – Dossier : Aux bords de la folie (mars-avril 2015/n° 413). Paris.
Coupechoux, P., & Oury, J. (2014). Un monde de fous : comment notre société maltraite ses malades mentaux. Paris, France : Éd. du Seuil, DL 2014.
Gori, R. (2013). La dignité de penser : essai. Arles, Actes sud.
Gori, R., & Del Volgo, M.-J. (2009). La santé totalitaire : essai sur la médicalisation de l’existence. Paris, France: Champs Flammarion, DL 2009.
Najman, T., Delion, P., & Joxe, P. (2015). Lieu d’asile : manifeste pour une autre psychiatrie. Paris. O. Jacob.
Oury, J., & Depussé, M. (2003). À quelle heure passe le train… : conversations sur la folie. Paris, France: Calmann-Lévy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s